Dans un temps perdu - le Congo belge

1
233
Der norwegische Fracht
Der norwegische Fracht "Titania" bei Matadi im Belgisch-Kongo (1945). Die "Titania" gehörte den Wilh. Wilhelmsen Line und fuhr 1944/45 zwischen dem Kongo und den USA. Fotograf unbekannt (Henri Guillaume?) Sammlung Henri Guillaume Liberas / Liberales Archiv Kramersplein 23 9000 Gent www.liberas.eu Fotograf unbekannt (Henri Guillaume?) Sammlung Henri Guillaume Liberas / Liberales Archiv Kramersplein 23 9000 Gent www.liberas.eu Keine bekannten Urheberrechtseinschränkungen
publicité
[themoneytizer id=”24739-2″]

Gouffres humains

Personne ne peut faire ce qui a été fait pour la fortune de quelques gentilshommes au Congo. Nous continuerons cette série au cours des prochains mois, jusqu'au jour de l'indépendance de la Belgique congolaise sur 30.June 1960.

La vie coloniale au Congo dégoûte encore les gens aujourd'hui. Mains battues, esclavage. L'annihilation complète d'un peuple.

Ce qui restait était un pays déchiré qui ne pouvait pas reposer sur la dictature Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Zabanga ou par Kabila.

1960, cependant, semblait différent de celui du facteur Patrice Émery Lumumba est devenu le premier Premier ministre librement élu du Congo. Lumumba était un idéaliste rêveur qui avait de gros problèmes pour imaginer ce qui se passait ensuite. Il a été assassiné par des auteurs inconnus de la police de sécurité belge et américaine. Il a été torturé et assassiné au Katanga. Des années plus tard, un Belge a fièrement montré à la télévision les fragments des os de l'homme depuis Début des années 1950 a été brisé politiquement pour opérer la décolonisation du Congo. Il est évident aujourd'hui que Lumumba avait raison. Son discours sur l'indépendance du Congo semble presque prophétique. Même aujourd'hui, les dirigeants coloniaux sont responsables de la misère de la population congolaise.

[themoneytizer id=”24739-2″]

Une partie du problème des réfugiés est le résultat direct de l'oubli collectif en Europe, qui a été fait pendant la période coloniale. L’Europe aime oublier cela, soit parce qu’elle manque de substance pour reconnaître cette honte, soit simplement à cause de la connaissance des jours qui ont précédé les années 59 au Congo.
Quiconque a déjà traversé le Congo voit encore les plaies du pays aujourd'hui.

C’est seulement en Afrique que peut commencer la fin de la vague de réfugiés, et seule la cause peut être trouvée.

Les images les plus rares décrivent la misère du Congo:

Le cargo norvégien "Titania" près de Matadi dans le Congo belge (1945). La "Titania" appartenait au Wilh. Wilhelmsen Line et a conduit 1944 / 45 entre le Congo et les États-Unis. Photographe inconnu (Henri Guillaume?) Collection Henri Guillaume Liberas / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gand www.liberas.eu Photographe inconnu (Henri Guillaume?) Collection Henri Guillaume Liberas / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gent www.liberas.eu Aucune restriction de droit d'auteur connue
Le cargo norvégien "Titania" à Matadi au Congo belge (1945). La "Titania" appartenait au Wilh. Wilhelmsen Line et a conduit 1944 / 45 entre le Congo et les États-Unis.
Photographe inconnu (Henri Guillaume?) Collection Henri Guillaume Liberas / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gand www.liberas.eu Photographe inconnu (Henri Guillaume?) Collection Henri Guillaume Liberas / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gent www.liberas.eu Aucune restriction de droit d'auteur connue
[themoneytizer id=”24739-3″]

Formation des éléphants sur le Congo Les éléphants d'Afrique sont formés pour une utilisation en foresterie dans cette remarquable série de photos des archives du ministre libéral belge Robert Godding. Gangala-na-Bodio, dans le nord-est du Congo, a été l'un des premiers endroits où les colonialistes belges ont tenté de domestiquer les éléphants d'Afrique. Toutefois, le projet n’a jamais été aussi fructueux qu’avec les éléphants indiens. C.1945-1955. Photographe inconnu. Collection Robert Godding. Libéraux / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gand www.liberas.eu Pas de restriction de copyright connue
Formation des éléphants sur le Congo Les éléphants d'Afrique sont formés pour une utilisation en foresterie dans cette remarquable série de photos des archives du ministre libéral belge Robert Godding. Gangala-na-Bodio, dans le nord-est du Congo, a été l'un des premiers endroits où les colonialistes belges ont tenté de domestiquer les éléphants d'Afrique. Toutefois, le projet n’a jamais été aussi fructueux qu’avec les éléphants indiens. C.1945-1955. Photographe inconnu. Collection Robert Godding. Libéraux / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gand www.liberas.eu Pas de restriction de copyright connue
Bandundu en visite dans un village avec des habitants Avant son entrée en fonction au sein du parti libéral belge, Robert Godding a effectué plusieurs voyages d'études au Congo belge au cours des années 1920 en tant que membre du conseil d'administration de la SA de Cultures au Congo belge ". Cette série de photos a été prise lors de son voyage 1927. Photographe inconnu. Collection Robert Godding. Libéraux / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gand www.liberas.eu Pas de restriction de copyright connue
Bandundu en visite dans un village avec des habitants Avant son entrée en fonction au sein du parti libéral belge, Robert Godding a effectué plusieurs voyages d'études au Congo belge au cours des années 1920 en tant que membre du conseil d'administration de la SA de Cultures au Congo belge ". Cette série de photos a été prise lors de son voyage 1927. Photographe inconnu. Collection Robert Godding. Libéraux / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gand www.liberas.eu Pas de restriction de copyright connue
[themoneytizer id=”24739-3″]

"Alouette" sur le Congo (1945) Le bateau à moteur Alouette a été construit sur 1912 et a permis la démarcation du Congo pendant des décennies. Pas la "Reine africaine", mais le 1912 construit le bateau à moteur "Alouette", qui a servi pendant des décennies de phare au Congo. Photographe inconnu (Henri Guillaume?) Collection Henri Guillaume Liberas / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gand, aucune restriction de copyright connue
"Alouette" sur le Congo (1945) Le bateau à moteur Alouette a été construit sur 1912 et a permis la démarcation du Congo pendant des décennies. Pas la "Reine africaine", mais le 1912 construit le bateau à moteur "Alouette", qui a servi pendant des décennies de phare au Congo. Photographe inconnu (Henri Guillaume?) Collection Henri Guillaume Liberas / Archives libérales Kramersplein 23 9000 Gand, aucune restriction de copyright connue

PatriceLumumba1960

Sur le discours d'indépendance du Congo du 30. June 1960

Femmes congolaises et congolaises,

Combattant pour l'indépendance d'aujourd'hui,

Salutations de la part du gouvernement congolais.

À vous tous, mes amis, qui avez combattu inlassablement à nos côtés, je retire la demande de ce 30. June 1960 est une date glorieuse que vous garderez à jamais indélébile dans votre cœur, une date dont vous allez fièrement donner le sens à vos enfants, afin qu'ils racontent à leurs enfants et à leurs petits-enfants l'histoire glorieuse de notre lutte pour la liberté.

Il est vrai qu'aujourd'hui nous proclamons cette indépendance du Congo en accord avec la Belgique, pays avec lequel nous sommes amis et avec qui nous négocions désormais. Mais aucun Congolais digne de ce nom n'oubliera jamais que cette indépendance a été gagnée au combat (applaudissements), dans une lutte quotidienne passionnée et sacrificielle, dans laquelle nous n'avons renoncé à aucune privation ni à aucune souffrance et dans laquelle Nous n'avons épargné ni notre force ni notre sang.

Nous sommes profondément fiers de cette lutte menée par les larmes, le feu et le sang, car c’était une lutte juste et désintéressée, une lutte nécessaire pour mettre fin à l’esclavage dégradant qui nous force avait été forcé. Les blessures que nous avons subies pendant les années 80 de domination coloniale sont encore trop récentes et trop douloureuses pour que nous puissions les chasser de nos souvenirs. Un travail nous a été imposé pour un paiement qui nous empêchait de satisfaire notre faim, de fournir des vêtements et un logement décents, ou d’élever nos enfants comme des êtres chers.

Nous avons dû subir le ridicule, les insultes et les coups, matin, midi et soir, juste parce que nous étions nègres. Qui peut oublier que vous avez dit à un "vous" noir, mais pas à un ami, car le respectueux "vous" était réservé aux Blancs.

Nous avons appris que des terres nous ont été volées au nom de documents prétendument légaux qui ne font que faire respecter la loi du plus apte.

Nous avons appris que la loi n'était jamais la même pour les Blancs et les Noirs: médiation pour certains, cruelle et inhumaine pour d'autres.

Nous avons vécu les terribles souffrances de ceux qui ont été bannis en raison de leurs opinions politiques ou de leurs convictions religieuses; condamnés à l'isolement dans leur propre pays, leur destin était vraiment pire que la mort.

Nous avons appris qu'il y avait dans les villes de magnifiques maisons pour les Blancs, mais que des huttes de paille délabrées pour les Noirs; qu'un homme noir n'a pas accès aux cinémas, restaurants ou magasins mentionnés dans l'Union européenne; qu'un homme noir devait voyager sous le pont, au fond de la coque du navire, aux pieds des Blancs dans leurs cabines de luxe.

Qui peut oublier les tirs qui ont tué tant de nos frères, les prisons dans lesquelles ceux-ci ont été brutalement jetés, qui ne voulaient plus se soumettre au règne d'un système judiciaire d'oppression et d'exploitation? (Applaudissements)

Parmi tout cela, mes frères, nous avons énormément souffert.

Mais nous, qui, par le vote de vos représentants élus, avons obtenu le droit de gouverner notre terre bien-aimée; Nous, qui avons subi l'exploitation coloniale sur notre propre corps et avec notre propre cœur, nous vous le disons très fort, tout est fini depuis maintenant.

La République du Congo a été proclamée et notre terre bien-aimée est maintenant entre les mains de ses propres enfants.

Ensemble, mes frères, mes soeurs, nous allons commencer un nouveau combat, un grand combat qui mènera notre pays à la paix, à la prospérité et à la grandeur.

Ensemble, nous réaliserons la justice sociale et veillerons à ce que chacun reçoive une juste rémunération pour son travail.

(Applaudissements)

Nous montrerons au monde ce que les Noirs peuvent faire s'ils travaillent dans la liberté, et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que ce que nous faisons au Congo rayonne à travers l'Afrique. Nous veillerons à ce que les champs et les forêts de notre patrie profitent réellement à ses enfants. Nous allons passer en revue toutes les lois du passé et dire au revoir aux nouvelles qui sont justes et dignes.

Nous mettrons fin à la suppression de la liberté d'expression et veillerons à ce que tous les citoyens puissent jouir pleinement des libertés fondamentales consacrées dans la Déclaration des droits de l'homme. (Applaudissements)

Nous allons effectivement discriminer toutes les discriminations et donner à chaque personne sa juste place, conformément à sa dignité humaine, son travail et son dévouement à notre pays.

La paix qui est censée régner dans notre pays ne devrait pas être assurée avec des fusils et des baïonnettes, mais devrait venir du cœur et de la bonne volonté du peuple. (Applaudissements)

Et pour réaliser tout cela, chers compatriotes, dont vous pouvez être sûr, nous compterons non seulement sur nos grandes puissances et nos immenses richesses, mais également sur l'aide de nombreux pays dont nous accepterons la coopération, à condition qu'elle soit juste et équitable. vous n'essayez pas de nous imposer la politique, quelle que soit sa nature. (Applaudissements)

La Belgique a enfin compris le cours de l'histoire et n'a pas tenté de faire obstacle à notre indépendance. Ainsi, dans le domaine de la coopération, il est prêt à nous aider en tant qu’ami et, dans ce sens, un contrat a été signé entre nos deux pays égaux et indépendants. Je suis convaincu que cette coopération profitera aux deux pays. De notre côté, nous resterons vigilants, mais serons certainement en mesure de respecter les engagements volontaires.

Ainsi, le nouveau Congo, notre République bien-aimée, qui formera mon gouvernement, sera un pays riche, libre et prospère, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Pour que nous puissions atteindre cet objectif sans délai, je me tourne vers vous, Membres et citoyens congolais, et je vous demande à tous de m'aider de toutes vos forces.

Je vous demande à tous d'oublier les conflits tribaux qui peuvent dévorer nos pouvoirs et nous faire nous-mêmes mépriser à l'étranger. Je demande à la minorité parlementaire de soutenir mon gouvernement par une opposition constructive et de respecter strictement les voies légales et démocratiques.

Je vous demande à tous de ne faire peur à aucune victime pour assurer le succès de notre grand projet.

Enfin, je vous demande de respecter la vie et les biens de vos concitoyens et des étrangers installés dans notre pays. Si le comportement des étrangers laisse beaucoup à désirer, notre pouvoir judiciaire les expulsera rapidement de notre république; si, au contraire, ils se comportent correctement, alors il faut les laisser seuls, car eux aussi contribuent à la prospérité de notre pays.

L’indépendance du Congo est une étape cruciale vers la libération de l’ensemble du continent africain. (Applaudissements)

Votre Majesté, Excellences, Mesdames et Messieurs, mes concitoyens, mes frères de race, mes frères au combat: c'est ce que je voulais vous dire et au nom du Gouvernement en ce jour glorieux de notre indépendance complète et souveraine. (Applaudissements)

Notre gouvernement, fort, national et populaire, sera le bien-être de ce peuple.

J'appelle tous les citoyens congolais, hommes, femmes et enfants, à travailler sans relâche pour bâtir une économie nationale prospère qui garantisse notre indépendance économique.

Honorez les combattants pour la liberté nationale!

Vive l'indépendance et l'unité africaine.

Vive le Congo indépendant et souverain! (Applaudissements durables)

Traduction: Jürgen Janz

Projet: www.tlaxcala-int.org
Licence: copyleft

[themoneytizer id=”24739-19″]

Envoi
Avis d'utilisateur
5 (1 vote)
publicité

Commentaire 1

  1. Excellent article. Presque personne ne se souvient de Lumumba. En Afrique, on n'entend jamais que "les réfugiés viennent",
    Personne ne sait pourquoi.
    Les images sont très belles.

Commentaire sur l'article

Bitte geben Sie Ihren Kommentar ein!

Je suis d'accord

Bitte geben Sie hier Ihren Namen ein

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. En savoir plus sur le traitement de vos données de commentaire.